Skip to content

Paralysie des nerfs craniens

Il existe douze paires de nerfs crâniens : une paire de chaque côté :

I    nerf olfactif pour l’odorat
II   nerf optique pour la vision
III  nerf moteur oculaire commun pour la motricité oculaire et de la paupière
IV  nerf pathétique pour la motricité oculaire
V   nerf trijumeau  sensibilité de la face (3 branches) et moteur pour la mastication
VI  nerf moteur oculaire externe pour la motricité oculaire
VII  nerf facial pour la motricité de la face
VIII nerf auditif pour l’audition et l’équilibre
IX   nerf glosso pharyngien moteur et sensitif du Pharynx et de la langue
X    nerf pneumogastrique règle rythme cardiaque, respiratoire, la digestion
XI   nerf spinal langue et cou
XII  grand hypoglosse pour la motricité de la langue

Le système nerveux se compose du système nerveux central (moelle et cerveau) et du système nerveux périphérique (nerfs moteurs ou sensitifs). Le système nerveux périphérique permet une mise en contact entre le système nerveux central et les organes. Dans la sclérose en plaques il s’agit avant tout d’une atteinte du système nerveux central, une atteinte des nerfs crâniens n’est pas usuelle sauf pour le nerf optique : en effet il n’a pas la structure d’un nerf périphérique mais est une extension du cerveau. Son atteinte est une NORB (voir norb)

L’atteinte du nerf Trijumeau est une maladie fréquente en neurologie : il s’agit de la névralgie faciale qui est un « court circuit » responsable de douleurs intenses à type décharges électriques évoluant par période et par salves, touchant usuellement les dames âgées (synonymes : maladie de Trousseau, tic douloureux de la face). La SEP peut être responsable de tableaux cliniques parfaitement similaires à ceux de la névralgie faciale.

Paralysie faciale périphérique : elle se caractérise par une atteinte du VII, donnant une paralysie de la motricité de la face touchant le haut et le bas du visage, l’oeil ferme mal, les rides du front sont effacés, le coin de la bouche tombe et ne bouge par lors de la parole, il est impossible de gonfler les joues ou siffler du côté atteint. Bien que le nerf facial soit un nerf périphérique une paralysie faciale périphérique n’est pas exceptionnelle dans la SEP. Cette atteinte souvent virale est fréquente et isolée elle ne doit pas évoquer une SEP.

Les autres atteintes sont nucléaires ou internucléaires : les nerfs crâniens que nous avons nommés naissent dans la partie profonde du cerveau, le tronc cérébral qui est une zone de jonction entre le cerveau et la moelle. Ils naissent dans un noyau. C’est dans cette zone que se font (de façon automatique) les connections entre la vision, l’équilibre, les nerfs de la motricité oculaires. Ceux d’entre vous qui ont le mal de mer comprendront vite que ces rapports doivent être précis. Les noyaux des IV, V, VI et VIII èmes paires crâniennes sont les plus concernés dans la SEP . Un trouble de la coordination entre ces noyaux donne souvent un Nystagmus ( battement de l’un ou des deux yeux, le plus souvent dans le sens du regard), l’atteinte la plus complète et la plus fréquente dans la SEP est l’Ophtalmoplégie internucléaire : quant le patient regarde à droite, l’œil droit a un mouvement de battement et le gauche regarde devant lui. Inversement pour le regard à gauche.

One Comment

  1. You’re so interesting! I don’t believe I’ve truly read through anything like this before. So nice to discover someone with unique thoughts on this subject. Seriously.. thank you for starting this up. This website is something that is needed on the internet, someone with some originality!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *